La communication animale, des réponses à mes questions.

Tu as bien suivi mes aventures avec ma Wonder Morue ? Son TIC avait le don de m’obséder, autant qu’elle était obsédée par sa mangeoire.  En dépit de désespoir je m’en suis remise à Charlène.  Charlène fait de la communication animale, elle m’a été recommandée par Amandine du blog Mlle Poney, qui a aussi tenté l’expérience avec elle. Je me suis donc aussi lancée car j’avais besoin d’avoir tout un tas de réponses à mes questions.

Kesako la communication animale ?

communication animale

Grosso modo, la communication animale c’est de la Télépathie avec les animaux. Nos amis discutent avec le communicant grâce à des images, des sensations que le communicant converti en « mots clefs » ou décrit les images.

J’ai donc laissé un minimum d’informations à Charlène : le nom de ma jument, 2 photos d’elle et une photo de moi pour qu’elle analyse ma relation avec elle. Je n’ai rien dit d’autres à Charlène je l’ai laissé faire son travail.

Charlène est donc rentrée en communication avec Bifirst un matin où j’étais en concours (je ne lui avais pas dit que je prenais Bifirst en concours le jour où elle a communiqué avec elle).

Première chose bluffante la jument lui a dit  » je suis dans un gros camion «  et ça c’était difficile à deviner car habituellement déjà je transporte Bifirst en van… et c’était la première fois qu’on partait en concours en poids lourd.

Le portrait de ma Jument selon Charlène

Je vous transmets donc le premier bilan qu’à établi Charlène :

  • Guerrière
  • Anxieuse (mais à besoin de ce stress)
  • Energie ++
  • Observatrice
  • Meneuse
  • Joue avec ses lèvres (là je ne vous cache pas que j’ai directement pensé à son TIC)

Ces quelques mots ont très bien décrit ma jument.

A cela Charlène ajoute : mauvaise circulations du sang au niveau des postérieurs et je confirme : oui elle est légèrement engorgée suite à une gale de boue. (scotchée je suis !!! )

Ovaires douloureux : affirmatif , la jument est en chaleur en ce moment.

La selle lui fait mal aux omoplates : chose que j’ai confirmé la semaine suivante avec mon Sellier qui a trouvé la solution pour adapter au mieux la selle à la morphologie de Bifirst.

Portrait mental de Bifirst

La jument lui dit  » je suis bien chaussée » Bon sur le coup j’ai pas trop compris car niveau pieds c’est pas la joie en ce moment !! Mais c’était une image pour lui dire « je suis bien dans mes pompes », bien dans sa tête. Je ne vous cache pas que cette phrase a enlevé un poids, je me posais tout un tas de question sur cette jument, je voulais savoir si sa nouvelle vie à nos côtés lui convenait. Il semblerait que oui.

Côté travail

Bifirst « travaille avec son coeur », elle ne lâche rien. J’avoue qu’elle pige très vite les exercices, et qu’elle n’abandonne jamais face à la difficulté. J’apprécie beaucoup ce côté là, peut être parce que je suis un peu pareil !

« Elle a toujours une carotte après le travail », et en ce moment c’est plus que vrai, on a un fournisseur de carottes qui nous laisse ses invendus !

Elle a toujours sauté, depuis qu’elle est toute petite (et elle aime ça). Par contre le dressage c’est pas son truc, elle manque de décontraction (et ça c’est bien vrai ! ). Elle n’aime pas les flexions, enfin c’est « difficile » pour elle : c’est pour ça que je travaille dessus justement 😇. Mais je vais tâcher de prendre plus de temps dessus et de m’arrêter plus rapidement pour ne pas l’écoeurer !

Le point positif : elle se donne a fond.

Avec moi, sa cavalière

communication animale

Charlène lui a montré une image de moi, pour savoir ce que Bifirst pensait de moi. Suis-je une tortionnaire, méchante que ne sourit jamais et qui saoule tout le monde même ma jument ?

Et bien non !! Tenez vous bien, je crois qu’à part mon chéri personne d’autre n’a eu des mots aussi gentils envers moi  😂

Alors pour ma morue de jument, je suis dynamique, je ne reste pas sans rien faire (ça montre qu’elle est observatrice !), je lui apporte de la joie de l’adrénaline et de l’énergie (rien que ça !)

Pour Bifirst je  suis son binôme elle fonctionne bien avec moi. Je suis câline et attentionnée et je prends du temps pour elle (les soins : et c’est dire si elle en a eu depuis son arrivée !)

C’est vraiment étrange de se voir décrire par son cheval, car là aussi Charlène ne connaissait pas grand chose de moi (rien en fait !) et elle a su vraiment cibler ma personnalité à travers le regard de ma jument !

Questions libres

Charlène a laissé Bifirst s’exprimer.
Ainsi elle a su dire qu’elle aimait le pré et la liberté (notamment les grandes galopades !), qu’elle a besoin de joie et d’amour autour d’elle ( c’est un peu « cucu » je ne vous le cache pas mais je crois qu’on a vraiment affaire à une princesse pacifiste ! )

Elle a dit qu’elle aimait manger. Et a même parlé de son ancien cavalier. Bon ce qu’elle a dit sur lui n’était pas très flatteur : elle a dit qu’il était « simplet« . L’ayant moi-même rencontré je n’irais pas jusque là, je dirais juste qu’il prenait peut-être moins de temps pour elle, c’est une des raisons pour laquelle il l’a vendue, il n’avait pas le temps de s’en occuper et de la faire progresser.

Quand je pose mes questions à ma jument

Après ce petit compte-rendu, Charlène m’a demandé si j’avais des questions pour ma jument. Et évidemment j’en avais ! Au moins 2 : une sur le TIC, et une sur le fait qu’elle refuse de passer les ruisseaux et autres cours d’eau.

La question du TIC.

Mais je n’ai pas parlé directement du tic à Charlène, d’abord j’ai demandé : « Est-ce que tout va bien pour elle au niveau alimentation/digestion, est-ce qu’elle a mal au ventre ? »

La la jument lui dit  » bah ça se voit pas ? Je suis musclée ! Non j’ai mal nul part j’aime manger. »

Du coup j’ai dit à Charlène, que Bifirst tiquait à l’appui sur sa mangeoire et particulièrement au moment du foin ou de la ration, et que je supposais la présence d’ulcères. Car un cheval ne tique pas sans raison.

  • Charlène pose donc la question à Bifirst :  » Tu tiques ?« 
  • La jument répond  » Non !! »
  • Charlène : « Ton humaine me dit que tu tiques sur ta mangeoire »
  • Bifirst : » je tique pas moi, je joue »

Charlène a creusé un peu la  chose, son tic serait bien ancré depuis sa jeunesse. Petite, elle aurait trouvé que la mangeoire n’était pas très utile quand elle était vide, du coup elle joue avec.

Puis on a approfondi le sujet : je voulais savoir si elle avait besoin de ce TIC, si je lui enlève sa mangeoire va-t-elle le reproduire ailleurs ?

A cela elle répondra qu’elle aura toujours besoin de jouer avec ses lèvres, que ça l’occupe… Bon je fais mon deuil sur la mangeoire grignotée de mois en mois et je lui laisse.

Ce qui est sûr c’est qu’elle ne le fait pas pour se soulager mais plutôt pour « jouer ».

Comment en être sûre ?

Alors oui pourquoi devrais-je croire cette version plutôt que le diagnostic d’un vétérinaire sur les ulcères ? Car d’une part, j’ai déjà essayé un pansement gastrique : ça n’a pas stoppé son tic, et qu’en conséquence ça écarte un peu l’hypothèse

D’autre part, j’aimerai éviter de lui faire des examens contraignants. Enfin, la jument n’a pas perdu d’état depuis son arrivée, bien au contraire, elle se muscle de semaines en semaines et s’arrondie comme il faut. Ses crottins sont beaux, rien ne laisse penser qu’elle a l’estomac en feu si ce n’est ce TIC qui peut laisser douter. Mais clairement après l’avoir observé tous les jours pendant plusieurs heures, elle peut passer plusieurs jours sans tiquer, c’est qu’au final elle n’a pas mal au bidon.

Bref le sujet tic sera classé sans suite. A voir à l’avenir !

Suite à cela Charlène se pose sur le problème du ruisseau.

le ruisseau qui fait peur…

 

Elle lui montre donc un petit ruisseau et là la jument écarquille gros les yeux (et c’est vraiment la tête qu’elle fait devant un ruisseau !). Charlène a essayé de la faire passer « mentalement », d’abord c’était non négociable. Puis elle sautait tel un cabri le ruisseau, et elle fnit par mettre un pied dedans d’abord très rapidement puis dans le calme.

De là, je ne peux pas dire que le problème est réglé, Bifirst a expliqué que c’était le reflet de la lumière (qui bouge) qui l’impressionnait.

Quelques semaines après je suis retournée présenter le ruisseau à la morue. Elle s’en approche un peu plus mais c’est toujours non. J’ai refait une communication en live avec Charlène à ce moment, elle est toujours réticente et demande pourquoi je ne fais pas un pont ! Bah voyons je vais me reconvertir dans le génie civil en plein milieu de la forêt !! La thérapie à ce niveau risque de durer. On va essayer de discuter encore et encore avec la jument pour parvenir à lui faire franchir ce petit brin d’eau.

Au delà de ça je continue de construire notre relation et je me dis que le temps fera les choses. On va y aller calmement, en évitant de rentrer dans le stress !

Le bilan que je fais de cette communication animale.

Franchement j’ai été bluffé. Pour moi l’expérience est très positive. J’ai une jument bien dans sa tête qui me dit qu’elle n’a pas mal au ventre (ma plus grande angoisse), qui Tique « juste » par ennui. Alors oui comme Jeanne d’Arc je me fis peut être un peut  être un peu trop aux voix que j’entends ! Mais j’ai envie d’y croire, car tout ce que j’ai pu vérifier lors de cette communication animale était véridique.

J’en ferai probablement une autre avec mon gros, mais avec lui je n’ai pas vraiment de soucis à me faire comprendre mais je suis curieuse de savoir ce qu’il pense de moi ! (ahhh l’égo !!!! )

Si toi aussi tu veux tenter l’expérience n’hésites pas à contacter Charlène sur sa page, la séance te couteras 45 euros.

Et toi tu as déjà tenté la communication animale ? Ca a donné quoi ?

 

A propos Clémence

Clémence est la rédactrice d’Horsyklop. Cavalière depuis sa plus tendre enfance, elle enchaîne les maladresses équestres (dont la plus risquée fut une coupure à la tondeuse ! ). Elle vous confie ici certaines de ses aventures; mais aussi des tests de différents produits. Elle prône pour le 100% Naturel, et adore le MADE IN FRANCE (oui nous avons un beau pays ! )

4 Commentaires

  1. C’est vraiment une très belle expérience la CA. Ça doit être rassurant qu’elle te dise que pour elle tout va bien.

    • oui ça rassure ! Mais une partie de moi ne peux s’empêcher de me dire « y’a rien de scientifique là dedans… » tout ce que je vois c’est que ma jument se porte bien physiquement, après je pense quand même avoir un jour recours aux tests vétérinaires pour confirmer le tout !

  2. ouah! je trouve ton article génial ! J’avais déjà entendu parlé de la communication animale mais j’étais assez partagée. Avec une partie de moi qui disait que c’était complètement possible (moi même j’arrive à apaiser certains chevaux difficiles que je prends au travail avec le seul contact de ma main sur le front) mais une autre partie de moi qui pensait que c’est de conneries voir même de l’arnaque ! Bon après la lecture de ton article, je vais dire à la sceptique qui est en moi de la boucler un peu et je vais contacter Charlène pour en savoir plus sur mon cheval de voltige ! Merci beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?