Quand Horsecom met de la musique dans les oreilles de ton poney

Ca y’est le Horsecom a débarqué dans ma boîte aux lettres le 21 Juin 2016 ! Quelle meilleure date pour livrer un produit musical ! C’est vraiment beau de voir le produit dont on suit l’évolution depuis près de neuf mois (comme si c’était son bébé ! ) se concrétiser ! Ca y’est on l’a ce précieux « made in Normandie ».

Contenu la boîte.

contenu boîte horsecom

Dans la boîte on trouve : les écouteurs pour le cheval, le boîtier Horsecom, le bonnet pour mettre le tout. Le RCOM (écouteur pour cavalier) et son micro assorti. Un petit sac pour ranger le bonnet, quelques stickers à coller sur ta malle de concours  !

Niveau matériaux, c’est du costaud ! On sent un produit bien fini, qui tient bien en main, des boutons accessibles. Le côté « mat » des produits fait classe et discret, c’est aussi moins sujet aux rayures. Le détail en bois est personnalisable selon plusieurs coloris.

Le bonnet est disponible en bleu marine ou noir. C’est un bonnet paddock, et les oreilles vont mieux à mon cheval que mes propres bonnets paddocks ! Le tissu des oreilles est fin, on y trouve de petites poches bordées d’élastiques pour y glisser les écouteurs. Une fois dedans tout ce petit monde ne bouge plus (même quand mon cheval fait le chameau à secouer la tête dans tous les sens ! )

Le Horsecom se glisse dans une petite poche sur le bonnet, et se ferme par un scratch solide.

Pour allumer le kit il suffit de faire un appui long au dessus du « h » pour le Horsecom (5-8 secondes) et un appui long (3-5 secondes) sur le « h » du Rcom. Attention ! N’oubliez pas de faire la même chose en descendant. Car en appuyant une fois sur le h du Rcom on le met en veille et le lendemain vous n’aurez plus de batterie !

L’autonomie est de 8h en utilisation, personnellement je le recharge tous les 2 jours en moyenne pour ne pas être en « rade ».

Premiers essais.

Essai horsecom

 

La prise en main est vraiment facile, je n’utilise pas souvent le bluetooth sauf pour quelques enceintes musicales, et bien c’est comme si tu mettais de la musique sur une enceinte.

Première chose que j’ai fait : vérifier si la musique passait dans mon écouteur et dans ceux de mon cheval. Je confirme donc : les chevaux ont l’ouïe très fine, leurs écouteurs diffusent la musique de manière très douce (c’est 100% adapté à l’audition de de nos bestioles à sabots)

En carrière à la maison, mon cheval montre plus d’entrain qu’à son habitude, c’est moins compliqué de le mettre au travail, et il prendrait presque du plaisir à dresser (bon il sait très bien me montrer que ça l’agace ! )

Il y a des musiques que mon cheval aime et d’autres non. Par exemple la musique de ce très cher Bach, il n’aime pas : à plusieurs reprise (si ce n’est pas systématique), lors du pansage il secoue la tête pour dégager le bonnet. Si je change la musique il arrête si je remets Bach il veut se retirer le bonnet par n’importe quel moyen !

Niveau musique de travail, Happy de Pharell Williams le met de suite dans le bain, et Coldplay pour le galop ça l’éclate totale : désormais je n’ai plus qu’à mettre la musique pour qu’il s’élance au galop d’un air de dire « chouette ! « 

Au travail

IMG_0018

Le temps passe plus vite, pour le cavalier comme pour le cheval (enfin c’est à lui de me dire , mais il ne rechigne pas ! ). Je me suis aménagé quelques playlists avec 2 ou 3 musiques de pas pour marcher VRAIMENT, et ainsi de suite pour le trot et galop et en fonction de ce que je veux travailler j’ajoute des musique de trot ou galop plus ou moins dynamiques. Il y a des musiques qui apaisent et d’autres qui bouge le popotin (comme la Macarena ! ). Et vous verrez que sans vous en rendre compte;  à la radio vous en arriverez à vous demander si cette musique irait pour le pas le trot ou le galop ! (si si je vous assure la musique va devenir addictif ! )

Mes séances deviennent plus régulières, mieux cadrées au niveau de l’effort, je peux savoir où j’en suis dans mon « Timing » c’est assez confortable.

En balade

horsecom sunrise

En balade c’est plus compliqué de faire une playlist adaptée, sauf si on part en trotting ou juste une simple balade au pas. J’ai fait une playlist « balade » qui peut aller très bien pour du pas que du trot ou du galop, elle tourne en aléatoire, ça permet de garder un peu le « rythme » .

A l’extérieur mon cheval peut être « planté » devant une poule (il est persuadé qu’elles ont des dents et qu’elles mordent…), refuser de passer à côté d’un tracteur vrombissant, ou d’une débroussailleuse virulente. Avec le Horsecom, j’active le micro, je parle à mon cheval et j’ai une force de persuasion plus importante que sans les écouteurs. Mon cheval passe moins de temps à réfléchir, les sons extérieurs sont aténués par la musique, et il entend plus près ma voix et s’y concentre.

 

En longe.

longe horsecom

En longe mon cheval est d’une non-challance internationale. Il faut presque que je lui cours derrière pour le faire avancer. Le Horsecom me donne du repos !! La voix avec le micro et la musique motivent mon cheval. En plus avant mon cheval s’amusait à me mettre au défi en me tournant le cul et PAF vas y je pars à l’autre bout en te tirant (genre ski nautique dans le sable quoi…) Et bien maintenant j’ai un cheval tout discipliné !! Mais tonique !

Au paddock en concours.

derby2016-39

Quand le Horsecom donne des ailes !

Le week end dernier j’étais en concours, je lui ai donc mis le Horsecom au paddock (c’est autorisé au paddock seulement, pas sur le tour ! ) pour le mettre en condition « comme à la maison ». Cela faisait un peu plus de 2 semaines que j’utilisais quotidiennement le Horsecom. En lui remettant la playslist qui lui est destinée habituellement il savait ce que j’allais lui demander, il s’est directement mis à l’écoute, j’ai gagné 10 minutes sur ma détente.

En récupération entre 2 épreuves.

Lors de ce concours, j’enchaînais deux épreuves, je lui ai mis les écouteurs pour le décontracter entre les deux épreuves (pendant que le maréchal le re-ferrait parce qu’il a réussi à déferrer sur le Derby…). Je pense avoir gagné en temps de récupération, il dormait sur place ! Et rebelote pour la seconde épreuve, j’ai un cheval réactif à la jambe, et dynamique.

En récupération à la fin du travail.

Comme entre 2 épreuves, je lui mets de la musique douce (du classique) pour l’aider à récupérer après les grosses séances. Ca nous force à marcher en fin de séance, et une fois dé-sellé je lui laisse le bonnet encore 10 minutes. C’est la séance cocooning !

 

IMG_3712

En bref.

Mon cheval est un grosse patate, qui aime bien être ranplanplan. La musique lui bouge le popotin, il aime bien, c’est un test réussi pour Horsecom avec mon cheval !

Dans un prochain article je vous parlerai de l’effet « magique » du Horsecom sur un cheval qui avait perdu confiance en son cavalier.

Ce sera donc l’occasion pour le blog de créer une nouvelle catégorie spécialement dédiée à mon usage du Horsecom. Vous pourrez donc suivre l’évolution de ma pratique avec le Horsecom !

Pour plus d’infos 

Rendez-vous sur le site de la marque  Horsecom.

N’oubliez pas que si vous envisagez de l’acheter, grâce à mon code promo vous bénéficiez d’une réduction sur l’achat du kit !

Code promo  : AMB1972

IMG_0017

 

A propos Clémence

Clémence est la rédactrice d’Horsyklop. Cavalière depuis sa plus tendre enfance, elle enchaîne les maladresses équestres (dont la plus risquée fut une coupure à la tondeuse ! ). Elle vous confie ici certaines de ses aventures; mais aussi des tests de différents produits. Elle prône pour le 100% Naturel, et adore le MADE IN FRANCE (oui nous avons un beau pays ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?