Hommage à Bernard François

Je ne vais pas tester de produit aujourd’hui, ni vous parler de mon dernier entraînement C.S.O. Je vais vous parler d’un grand homme qui a croisé ma route et à qui je dois beaucoup.

Cet homme là s’est éteint le 21 Mars, jour la Sainte Clémence, une coïncidence de plus. Bernard François, était un chef des piste qui montait tout un tas de parcours en Aquitaine. Il m’a amené dès mes 14 ans sur les plus grands parcours que j’ai pu admirer dans ma jeunesse. C’était aussi, l’instigateur du Jumping National de Gradignan. Il a su montrer qu’un seul homme pouvait monter dans un endroit où il n’y avait pas d’écurie, pas de carrière en sable, aucun bâtiment, un véritable concours rempli d’intérêt. Et depuis plus de 30 ans c’est une franche réussite.

DSCN1106

Avec lui j’ai travaillé sur des pistes 1 étoile, 2 étoiles, 3 étoiles et plus encore…. Blaye, Gradignan, Chalais,Villeneuve sur Lot, Royan, Arcachon…. j’en ai soulevé des barres et des chandeliers.
Je passais tous mes week-ends (du jeudi au dimanche) de mai à octobre sur les Jumpings, avec ma bande de copains. Et j’en ai appris des choses : j’ai appris à grandir, à travailler sans compter les heures, à apprécier le BENEVOLAT, à rire aussi, on a partagé de bon moments de franche rigolade. J’ai aussi appris lors d’un concours au fin fond de la Creuse, à Guéret, que l’abus d’alcool n’était franchement pas bon pour la santé (oui ce jour là j’ai vu Eric Navet en double…). Il agissait en bon père de famille, droit, mais jamais méchant, toujours bienveillant. Et pourtant j’en aurai mérité une bonne claque !

Le jumping de Gradignan, était animé par cette ambiance familiale, avec son casse-croûte sacré à 10h : boudin noir, oeufs, ventrèches avec un bon petit verre de rouge (avec modération cette fois-ci !). Les générations s’entremêlaient, les vieux de le vieille, les jeunes nouveaux, les initiés. On partageait tous la même passion, celle du cheval.

IMG_0265-145

Il y a quelques-mois je me suis dit : «  cette ambiance de jumping me manque » surtout l’ambiance de l’organisation. On était un peu les hommes (et les femmes) de l’ombre. Mais ici en Ile de france je n’ai pas eu l’occasion de participer à l’organisation d’un concours national. Parce que je ne connais pas grand monde encore, parce que c’est avec mes copains bordelais que j’aime aussi le faire. Et je me suis dit : « et si je faisais une formation de chef de piste ? «  .Oui cette idée là me tarraudait bien (quoi que je n’ai pas encore croisée de chef de piste FEMME, le milieu serait-il encore un peu mysogine ?) 

12194834_908649745867482_3541941385836049623_o

Maintenant que Bernard n’est plus, je songe encore plus sérieusement à l’alternative de me former. Je vais d’abord commencer par aller acheter un décamètre, cet outils fétiche qu’il chérissait tant ! (et mon déca portera le nom de Bernard : oui j’aime donner des noms aux objets !)

1194_1001375943265702_1976221803396872936_n

Merci à toi Bernard, de m’avoir fait découvrir de grands cavaliers, de beaux parcours, de beaux endroits, de belles personnes, de belles valeurs. Tu étais petit par la taille, mais grand par ta gentillesse et l’immensité des choses que tu as su nous apporter. Tu vas laisser un grand vide, merci pour tout l’ami…

 

13087444_518692418318779_7161458103405899493_n

A propos Clémence

Clémence est la rédactrice d’Horsyklop. Cavalière depuis sa plus tendre enfance, elle enchaîne les maladresse équestres (dont la plus risquée fut une coupure à la tondeuse ! ). Elle vous confie ici certaines de ses aventures; mais aussi des tests de différents produits. Elle prône pour le 100% Naturel, et adore le MADE IN FRANCE (oui nous avons un beau pays ! )

2 Commentaires

  1. J’ai pris ma retraite en juin 2012, tout comme Bernard, touché par ce mauvais crabe. Mon dernier contact date de cette période où je lui ai demandé de me remplacé dans le Gers. Puis j’ai quitté définitivement la scène après plus de 30 ans de bons et loyaux services.
    Nous nous rencontrions annuellement à la réunion national ou la réunion SHF. Nous avions les mêmes critères et références de travail.
    J’ai vu partir mes amis, philippe Gayaux, Luc Géffré, Philippe Dejoie et maintenant Bernard….Beaucoup de regrets pour cet homme simple et très pro.
    Adieu l’ami, je garde ton sourire au fond de moi.

  2. Je viens de perdre un ami 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?